INDEX HEADER
logo hôpital henri mondor

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.


Obtenir le lecteur Adobe Flash

INDEX MENU LATERAL

 

Une information au patient selon les types d'intervention a été élaborée par le Departement des Dispositifs Médicaux de la Pharmacie d'Henri Mondor (Dr Valérie ARCHER, Dr Pierre-André NATELLA).

 

Anévrismes

 

Un anévrisme est un élargissement – d’habitude localisé – d’une artère d’au moins 2 fois son calibre habituel. Selon l’artère atteinte, la complication la plus fréquente est la rupture, source d’hémorragie parfois cataclysmique. Ailleurs, il se complique d’occlusion ou d’embolies (migration) de fragments de paroi et/ou de caillots, ou de réduction du flux sanguin vers l’organe que l’artère irrigue.

 

  anévrisme de l'aorte abdominale
Les anévrismes peuvent être produits par une infection ou un traumatisme, mais, le plus souvent, il s’agit d’une dégénérescence idiopathique (inexpliquée, notre équipe a une unité de recherche qui étudie de façon spécifique ces mécanismes) de la paroi artérielle souvent associée à l’athérosclérose.

 

Toutes les artères peuvent être touchées, mais la localisation la plus fréquente est l’aorte abdominale. Dans cette localisation, le risque principal est la rupture, dont la probabilité augmente avec la taille de l’anévrisme. C’est pourquoi le traitement des anévrismes de l’aorte abdominale (AAA) est indiqué à partir d’une certaine taille, si leur taille augmente, ou s’ils entraînent des symptômes.

 

media
Artériographie de profil
Angioscanner

Vue microscopique
de la paroi :

la partie moyenne de la
paroi (media) est altérée
et résiste moins bien
à la pression du sang.

Artériographie de profil :
on voit la perte du parallélisme des bords de l'aorte sous-rénale.

Angioscanner :

le sang (en blanc) circule
au centre de l'aorte dilatée,
en partie remplie
de caillot (en gris).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pontage aortique

La technique classique, initiée par Charles Dubost en 1953 est la « mise à plat – greffe » : il s’agit du remplacement de l’anévrisme par une prothèse en Dacron : tube ou « culotte » bifurquée aorto bi iliaque voire aorto bi fémorale selon l’extension en hauteur de l’anévrisme. Cette opération est menée par abord abdominal (incision verticale ou transversale) ou rétro péritonéal (incision oblique du flanc gauche). Les progrès en chirurgie laparoscopique permettent d’éviter les inconvénients de ces voies d’abord : le remplacement de l’aorte se fait avec les mêmes prothèses que la chirurgie classique, mais cette technique ne s’applique qu’à certains anévrismes.

 

Le taux de mortalité et de complications des patients opérés d’AAA est bien moindre pour la chirurgie à froid, comparée à la chirurgie en urgence en raison du retentissement du choc hémorragique. Le taux de complication, qui dépend également de l’expérience de l’équipe chirurgicale et de la technique utilisée, a progressivement diminué (un peu d'histoire ...).

 

endoprothèse

Le traitement endovasculaire est une technique plus récente, initiée par Parodi et Volodos dans les années 1990, consiste à mettre en place une prothèse de Dacron armée d’une prothèse métallique. Cette prothèse est introduite dans l’artère fémorale au pli de l’aine : elle est repliée dans un tube (cathéter), qui progresse par l’intérieur du vaisseau (cathétérisme par voie endovasculaire) jusqu’au niveau de l’anévrisme, où elle est déployée. Sa structure métallique et des dispositifs d’attachement empêchent la migration de la prothèse et empêchent le sang de continuer à circuler dans la cavité de l’anévrisme.

 

 

Des voies de recherche permettent aujourd'hui de penser que les indications du traitement endovasculaire vont augmenter, et permettre de réduire la lourdeur du traitement chirurgical classique des anévrismes aortiques:
- dans les anévrismes rompus, les procédés endovasculaires permettent de stopper rapidement l'hémorragie (endoclampage) et de traiter l'anévrisme avec des endoprothèses semblables à celles utilisées "à froid". Une étude comparant chirugie et endovasculaire est en cours, l'étude ECAR.
- les anévrismes complexes peuvent être traités pas voie endovasculaire: technique de la banane ou prothèse branchées pour préserver la vascularisation de l'artère hypogastrique, endoprothèses fenetrées ou technique de la cheminée pour préserver la vascularisation des artères rénales et viscérales. L'étude Windows évalue actuellement les endoprothèse fenetrées ou multibranches dans le traitement des anévrismes aortiques complexes et thoraco-abdominaux.

 

 

 

 

Banana technique : le sang passe successivement par l'endoprothèse aorto uni iliaque, le pontage croisé entre l'artère fémorale droite et la gauche, remonte dans l'artère iliaque externe gauche et passe par une endoprothèse étanche dans l'hypogastrique.

 

 

Endoprothèse iliaque branchée: l'endoprothèse aortique est suivie d'une endoprothèse iliaque qui à gauche, est munie de 2 branches, déployées grâce à des artifices de cathétérismes. L'une des branches conduit le sang vers le membre inférieur par l'artère iliaque externe, l'autre irrigue l'artère hypogastrique, qui participe à la vascularisation du colon sigmoïde et des organes pelviens.

 

   
 

 

Chimney technique :

comme l'endoprothèse couvre, pour des raisons d'étanchéité, l'origine de l'artère rénale gauche, l'apport sanguin au rein est préservé par une endoprothèse déployée en parallèle à la première, comme des tuyaux de cheminée.

 

 

Endoprothèses fenétrées : comme l'endoprothèse couvre, pour des raisons d'étanchéité, l'origine des artères viscérales et des artères rénales, des trous (fenêtres) sont découpés sur mesure par le fabricant de la prothèse. Après déploiement partiel de la prothèse aortique principale, des endoprothèses sont glissées par les fenêtres dans les différentes artères viscérales afin de préserver leur vascularisation.

 

Dernière modification
le 15/11/15

   
BAS DE PAGE
ENGLISH PAGES MENTIONS LEGALES PLAN DU SITE RECRUTEMENTS NOUS CONTACTER